TÉLÉCHARGER 99F MU

TÉLÉCHARGER 99F MU - 99 francs. Octave est le maître du monde: il exerce la profession de rédacteur publicitaire. Il décide aujourd'hui ce. [MU] - 99 Francs [p]. Octave est le maître du monde: il exerce la profession de rédacteur publicitaire. Il décide aujourd'hui ce que vous allez vouloir demain. Frédéric Beigbeder 99 francs Bruno Le Moult est parti. Ce livre était pour lui. Puisque c'est ainsi, Je le donne à Chlo.

Nom: 99f mu
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Libre!
Système d’exploitation: MacOS. iOS. Windows XP/7/10. Android.
Taille:28.71 MB


La vie était envahie par des soutiens-gorge, des surgelés, des shampooings antipelliculaires et des rasoirs triple lame. Un jour, en sortant d'une réunion avec Marc Marronnier, je lui ai posé la question: - Pourquoi tout le monde écoute Philippe et pas moi? Ensuite l'un d'entre eux est mort d'une overdose, l'autre a fini en taule. Mais regardez ce qui se joue dans la petite réunion de ce matin. Maigrelette, c'est bon pour mon corps et pour mon esprit.

99 francs (parfois typographié 99 F) est un roman à succès provocateur d'​inspiration [masquer]. v · m. Œuvre de Frédéric Beigbeder. Littérature. add-verse.info - Achetez 99 Francs à petit prix. Livraison On m'a dit que c'était un peu la vie de Beigbeider, le drogué qui faisait de la pub et qui tient un blog. Télécharger la couverture. Imprimer. Frédéric Beigbeder. 99 francs. (14,99 €). Collection Folio (n° ), Gallimard. Parution: N'appartient plus au​.

Cpasbien torrent, c pas bien, cestpasbien, cpabien, cpas bien, marinaaltaemprende. Sorti le 26 septembre , 99 Francs fête aujourd'hui ses dix ans. Tout ceci me fait gerber! Toutefois, ton argument me laisse perplexe. En effet le titre "99 francs" reconverti en Il dénonce justement, avec ironie, le côté "cheap", "produit de consommation" de toute notre société basée sur le profit commercial "à tout prix", sans mauvais jeu de mot.

Tite question : As-tu lu le roman en question "99 francs"? Il nous fallait un choc, un sujet, un auteur, un nouveau testament. Et cette avec une joie à peine contenue qu'on peut enfin l'annoncer : 99 Francs peut sauver le cinéma français! Il a de belles copines Beibeder! Il dénonce justement, avec ironie, le côté "cheap", "produit de consommation" de toute notre société basée sur le profit commercial "à tout prix", sans mauvais jeu de mot.

Je note que tu as tout de même précisé que tu téléchargerais le film! Au plaisir de lire et publier "un délire monterjackesque"! Pas par hasard. Pour lui, la vie sans cocaïne est presque une découverte. C'est un peu comme la vie sans télé pour certains, tout est plus lent et l'on s'ennuie vite.

Il se dit que c'est peut-être ça le secret qui sauvera le monde, accepter de s'ennuyer. Pas facile. Non, excusez moi, je suis pas raciste mais bon À la limite, le jour on on sortira un Starlight au chocolat [rires]. Il me donne envie de gerber: pour quelqu'un qui bosse dans l'alimentaire, c'est embêtant.

Je l'imagine, le matin, en train de se raser, de nouer sa cravate, de traumatiser ses enfants avec son haleine, d'écouter France-Inra vachement fort, de lire Les Échos en buvant son café debout dans la cuisine. Il ne touche plus sa femme depuis mais ne la trompe même pas elle, si. Il ne lit qu'un livre par an, et en plus il est d' Alain Duhamel. Il enfile son costard, croit sincèrement jouer un rôle crucial au sein de son holding, possède une grosse Mercedes qui fait vroum-vroum dans les embouteillages et un cellulaire Motorola qui fait pilim-pilim dans son étui accroché au-dessus de l'autoradio Pioneer qui diffuse des messages pour Casto-Casto-Castorama, Mammouth écrase les prix, Choisissez bien choisissez But.

Il a la Foi. Il l'a appris dans la Haute Ecole: en la Croissance tu Croiras. Produisons des millions de tonnes de produits entassés et nous serons heureux! Gloire à l'expansion qui fait tourner les usines qui font grimper l'expansion! Surtout ne nous arrêtons pas pour réfléchir! Nous sommes assis dans une salle de réunion glauque comme il y en a dans tous les immeubles d'affaires du monde, autour d'une grande table ovale avec des verres de jus d'orange posés dessus et une esclave-secrétaire qui apporte un Thermos de café en baissant les yeux, dans l'odeur d'aisselles des réunions tardives de la veille.

99 francs PDF Download

En une fraction de seconde, tous les participants attablés se mettent à froncer les sourcils. Il ne manque plus que les casques kaki et les cartes d'état-major pour se retrouver dans Le Jour le plus long. Après les commentaires météorologiques d'usage, Jean-François, le Directeur de Clientèle de notre agence, prend la parole pour résumer le brief, tout en projetant des transparents sur le mur avec un rétroprojecteur: - Donc nous venons vous montrer un script de trente secondes pour défendre Maigrelette contre l'attaque des me-too distributeurs.

Maigrelette, c'est bon pour mon corps et pour mon esprit. La tête et les jambes en quelque sorte, ha ha hem. Ce discours est le fruit de la réflexion du département planning stratégique deux quadragénaires dépressives et de ses sous-chefs de pub sortis de Sup de Co Dijon.

Il est surtout calqué sur les désirs et les goûts du client et sert à justifier a priori le script que j'ai pondu la veille au soir. Ici Jef s'arrête de rire car il se sent un peu seul. Il continue sa danse du ventre: - Nous avons trouvé un concept fédérateur qui, je crois, tout en collant à la copy-strat, permet vraiment de conférer un maximum d'impact à la promesse produit, notamment au niveau du code visuel.

Bon, eh bien, je laisse la parole à Octave. Étant donné qu'Octave c'est moi, je suis bien obligé de me lever et de raconter le projet de film dans un silence de mort, en montrant le storyboard de douze images couleurs dessinées par un roughman surpayé. Il fait un temps superbe. Deux sublimes blondes courent sur le sable en maillot de bain rouge. Le Directeur du Marketing regarde ses chefs de produit qui prennent des notes pour éviter d'avoir un avis.

Nous nous sommes dit que ce serait intéressant de prendre des symboles de la minceur et de les montrer en train d'avoir des conversations très intellectuelles En plus, il faut savoir que les sports outdoor deviennent de plus en plus mainstream.

Bon, et puis il y aurait des déclinaisons possibles: des Miss France qui se disputent à propos de géopolitique et notamment à propos du traité de Brest-Litovsk ; des Chippendales à poil qui glosent sur la nudité en tant que libération corporelle et négation de l'aliénation post-moderne, tout en montrant leur musculature, etc. Marrant, non? A noter que, tel un perroquet, chaque participant répète exactement ce qu'a dit son inférieur hiérarchique.

Jusqu'au moment où c'est Duler qui parle. Le grand chef n'est pas d'accord avec ses subalternes: - Pourquoi faire de l'humour? Après tout, Alfred Duler a raison: si j'étais lui, moi non plus, je ne rirais pas. Réprimant la montée de mon vomi, j'essaie d'argumenter: - C'est bon pour votre marque. L'humour vous rend sympathiques. Et c'est excellent pour la mémorisation. Les consommateurs se souviennent mieux de ce qui les fait rire: après ils se raconteront la blague dans les dîners, les bureaux, les cours de récréation.

Regardez les comédies qui marchent en ce moment. Les gens qui vont au cinéma, ils aiment s'amuser un peu Alfred Duler laisse alors tomber cette phrase immortelle: - Oui, mais ils ne mangent pas la pellicule après. Tu y figureras en bonne place. Dès le troisième chapitre.

Toute littérature est délation. Je ne vois pas l'intérêt d'écrire des livres si ce n'est pas pour cracher dans la soupe. Il se trouve que j'ai été le témoin d'un certain nombre d'événements, et que par ailleurs, je connais un éditeur assez fou pour m'autoriser à les raconter. Au départ, je n'avais rien demandé. Je me suis retrouvé au sein d'une machinerie qui broyait tout sur son passage, je n'ai jamais prétendu que je parviendrais à en sortir indemne.

Je cherchais partout à savoir qui avait le pouvoir de changer le monde, jusqu'au jour où je me suis aperçu que c'était peut-être moi. En gros, leur idée c'était de détruire les forêts et de les remplacer par des voitures. Ce n'était pas un projet conscient et réfléchi; c'était bien pire. Ils ne savaient pas du tout où ils allaient, mais y allaient en sifflotant - après eux, le déluge ou plutôt, les pluies acides.

Pour la première fois dans l'histoire de la planète Terre, les humains de tous les pays avaient le même but: gagner suffisamment d'argent pour pouvoir ressembler à une publicité. Le reste était secondaire, ils ne seraient pas là pour en subir les conséquences. Une petite mise au point. Je ne suis pas en train de faire mon autocritique, ni une psychanalyse publique. J'écris la confession d'un enfant du millénaire.

Je veux sauver mon âme avant de déguerpir. Évangile selon saint Luc. Désormais, la seule personne avec qui j'accepte de passer un contrat à durée indéterminée, c'est Dieu. Je tiens à ce qu'on se souvienne que j'ai tenté de résister, même si je savais que participer aux réunions, c'était déjà collaborer. Rien que de t'asseoir à leur table, dans leurs morbides salles de marbre climatisées, tu participes au décervelage général.

Leur vocabulaire belliqueux les trahit: ils parlent de campagnes, de cibles, de stratégies, d'impact. Ils planifient des objectifs, une première vague, une deuxième vague. Ils craignent la cannibalisation, refusent de se faire vampiriser. Ce sont des militaires, tout bonnement, en train de mener la Troisième Guerre mondiale.

Permettez-moi de vous rappeler que si la publicité est une technique d'intoxication cérébrale qui fut inventée par l'Américain Albert Davis Lasker en , elle a surtout été développée avec beaucoup d'efficacité par un certain Joseph Goebbels dans les années , dans le but de convaincre le peuple allemand de brûler tous les juifs. Gardez toujours cela à l'esprit: on ne badine pas avec la pub. Il n'y a pas une grande différence entre consommer et consumer. A un moment, j'ai cru que je pourrais être le grain de sable dans l'engrenage.

Le rebelle dans le ventre encore fécond de la bête; soldat de première classe dans l'infanterie du global marketplace. Cela m'aidait à accomplir le sale boulot. Après tout, les soixante-huitards ont commencé par faire la révolution, puis ils sont entrés dans la pub - moi, je voulais faire l'inverse. Je m'imaginais comme une sorte de Che Guevara libéral, un révolté en veste Gucci.

Tenez, j'étais le Sous-Commandant Gucche! Viva el Gucche! Excellente marque. Très bonne mémorisation. Le soir, en rentrant dans mon gigantesque appartement, j'avais parfois du mal à m'endormir en pensant aux sans-logis.

En fait c'est la coke qui me maintenait éveillé. Son goût métallique remontait dans ma gorge. Je me masturbais dans le lavabo avant d'avaler un Stilnox. Je me réveillais vers midi. Je n'avais plus de femme. Je crois qu'à la base, je voulais faire le bien autour de moi. Cela n'a pas été possible pour deux raisons: parce qu'on m'en a empêché, et parce que j'ai abdiqué. Ce sont toujours les gens animés des meilleures intentions qui deviennent des monstres.

Aujourd'hui je sais que rien ne changera, c'est impossible, il est trop tard. On ne peut pas lutter contre un adversaire omniprésent, virtuel et indolore. Contrairement à Pierre de Coubertin, je dirais qu'aujourd'hui l'essentiel, c'est de ne pas participer. Il faut foutre le camp comme Gauguin, Rimbaud ou Castaneda, voilà tout.

Partir sur l'île déserte avec Angelica qui met de l'huile sur les seins de Juliana qui te pompe le dard. Cultiver son jardin de marijuana en espérant seulement qu'on sera mort avant la fin du monde.

La particularité de la Troisième Guerre mondiale, c'est que tous les pays l'ont perdue en même temps. Je vous annonce un scoop: David ne bat jamais Goliath. J'étais naïf. La candeur n'est pas une qualité requise dans cette corporation. Je me suis bien fait avoir. C'est, d'ailleurs, mon seul point commun avec vous. J'ai dégueulé mes douze cafés dans les toilettes de Madone International puis je me suis tapé un trait pour me remettre d'aplomb.

Je me suis aspergé le visage d'eau glacée avant de retourner en réunion. Pas étonnant qu'aucun créatif ne veuille travailler pour Madone.

On n'y boit pas du petit lait. Pour être en forme physique et mentale! Cette proposition n'a pas plus été couronnée de succès que les suivantes: une parodie de film hindou structuraliste, des James Bond Girls chez le psychanalyste, un remake de Wonderwoman par Jean-Luc Godard, une conférence de Julia Kristeva filmée par David Hamilton Laissez les gondoles à Venise. Le proctérien n'a pas ri.

Il a embrayé sur une apologie des tests. Ses sous-fifres cravatés continuaient de gribouiller sur leurs blocs-notes. Ce qu'elles veulent, c'est de l'info, qu'on leur montre le produit et le prix, point barre. Et puis il est où mon key visual, là-dedans? Vos idées créatives, c'est bien joli, mais moi, je suis un lessivier, j'ai besoin de quelque chose de déclinable en PLV! Et comment je fais ma pub sur Internet?

Vous me la ferez pas! J'ch fait l'école de la déterge, moi! Le terrain, y a que ça de vrai! Alors je suis prêt à acheter quelque chose d'étonnant mais en tenant compte de nos contraintes!

J'ai fait le maximum pour garder mon calme: - Monsieur, permettez-moi de vous poser une question: comment voulez-vous étonner vos consommatrices si vous leur demandez leur avis auparavant?

Est-ce que par hasard vous demandez à votre femme de choisir la surprise que vous allez lui faire pour son anniversaire? Jean-François a été pris d'une quinte de toux.

Parfois, j'ai l'impression que, pour obliger les consommateurs à bouffer leurs produits, les industriels seraient presque prêts à ressortir les wagons à bestiaux. Puis-je hasarder trois autres citations? Alfred Duler poursuivait sa. Vos filles qui courent sur la plage en parlant philo, c'est trop intello, c'est bien pour le Café de Flore, mais la consommatrice lambda elle y pigera que dalle! Quant à citer Ecce Homo, moi je sais de quoi il s'agit, mais pour le grand public, ça risque de faire un peu pédé!

Non, franchement, il faut me retravailler tout ça, je suis désolé. Cela veut dire que la démocratie conduit à l'autodestruction.

C'est avec ce genre de maximes qu'on fera revenir le fascisme: on commence par dire que le peuple est con, ensuite on le supprime. On vend du yaourt, on n'est pas là pour faire la révolution, qu'est-ce qu'il a aujourd'hui? On ne t'a pas laissé rentrer aux Bains hier soir, c'est ça?

L'ambiance devenait houleuse. Jean-François a tenté de dévier la conversation: - Mais franchement, le décalage entre ces filles sexy qui parlent d'herméneutique platonicienne Jean-François m'a fait signe de ne pas insister. Vous allez penser que j'exagère un peu, que ce n'est pas si grave. Mais regardez ce qui se joue dans la petite réunion de ce matin.

Ce n'est pas juste une préséntation de campagne anodine: c'est une réunion plus importante que les accords de Munich. A Munich, en , des chefs d'État français et anglais, Édouard Daladier et Neville Chamberlain, ont abandonné la Tchécoslovaquie aux nazis, comme ça, sur un coin de table. Des centaines de réunions comme celle de chez Madone abandonnent le monde chaque jour.

Des milliers de Munichs quotidiens! Ce qui se passe là est essentiel: le meurtre des idées, l'interdiction du changement. Vous êtes en face d'individus qui méprisent le public, qui veulent le maintenir dans un acte d'achat stupide et conditionné. Vous tentez de leur proposer quelque chose de marrant, qui respecte un peu les gens, qui tente de les tirer vers le haut, parce que c'est une question de politesse quand on interrompt un film à la télé.

Et on vous en empêche. Et c'est toujours pareil, tout le temps, tous les jours, tous les jours Des milliers de capitulations journalières, la queue basse dans des costumes de Tergal.

Petit à petit, ces centaines de milliers de meetings débiles organisent le triomphe de la connerie calculée et méprisante sur la simple et naïve recherche du progrès humain. Idéalement, en démocratie, on devrait avoir envie d'utiliser le formidable pouvoir de la communication pour faire bouger les mentalités au lieu de les écrabouiller.

Cela n'arrive jamais car les personnes qui disposent de ce pouvoir préfèrent ne prendre aucun risque. Les annonceurs veulent du prémâché, prétesté, ils ne veulent pas faire fonctionner votre cerveau, ils veulent vous transformer en moutons, je ne plaisante pas, vous verrez qu'un jour ils vous tatoueront un code-barre sur le poignet.

Ils savent que votre seul pouvoir réside dans votre Carte bleue. Ils ont besoin de vous empêcher de choisir. Il faut qu'ils transforment vos actes gratuits en actes d'achat.

99 francs FRENCH DVDRip XxiD-NTK

La résistance au changement, c'est dans toutes ces salles de réunion impersonnelles qu'elle se pratique de la façon la plus violente. On leur a confié les clés du pouvoir, personne ne sait pourquoi.

Ils sont le centre du monde! Les hommes politiques ne contrôlent plus rien; c'est l'économie qui gouverne. Le marketing est une perversion de la démocratie: c'est l'orchestre qui gouverne le chef. Plus personne n'est responsable, sauf les Alfreds Dulers. Les Alfreds Dulers tiennent les rênes, mais ne vont nulle part. Big Brother is not watching you, Big Brother is testing you. Mais le sondagisme est un conservatisme.

C'est une abdication. C'est ainsi qu'on tue l'innovation, l'originalité, la création, la rébellion. Tout le reste en découle. Nos existences clonées Notre hébétude somnambule L'isolement des êtres La laideur universelle anesthésiée Non, ce n'est pas une petite réunion. C'est la fin du monde en marche.

On ne peut pas à la fois obéir au monde et le transformer. Un jour, on étudiera à l'école comment la démocratie s'est autodétruite.

Dans cinquante ans, Alfred Duler sera poursuivi pour crimes contre l'humanité. Cet homme est favorable à la libéralisation du gâteau, il veut lancer de nouveaux produits sur le gâteau, se lancer à la conquête de nouveaux gâteaux, et n'oublie jamais de préciser que le gâteau est mondial. Il vous hait, sachez-le. Pour lui, vous n'êtes que du bétail à gaver, des chiens de Pavlov, tout ce qui l'intéresse c'est votre fric dans la poche de ses actionnaires les fonds de pension américains, c'est-àdire une bande de retraités liftés en train de crever au bord des piscines de Miami, Floride.

Et que tourne le Meilleur des Mondes Matérialistes. J'ai prié Alfred de m'excuser à nouveau car je sentais que j'étais sur le point de saigner du nez. C'est le problème avec la cocaïne parisienne: elle est tellement coupée qu'il faut avoir les narines solides. Je sentais le sang affluer. Je me suis levé en reniflant à toute berzingue pour foncer aux chiottes et là, mon nez s'est mis à pisser comme jamais, il n'arrêtait pas de dégouliner, il y avait du sang partout, sur le miroir, sur ma chemise, sur le rouleau de serviette automatisé, sur le carrelage, et mes narines faisaient de grosses bulles rouges.

Le jour où j'ai baptisé le capitalisme de mon propre sang. Le Président de mon agence vient d'entrer dans mon bureau. Il porte un pantalon blanc, un blazer marine avec une pochette blanche et des boutons dorés, une chemise à carreaux roses en vichy évidemment.

TÉLÉCHARGER 99F MU GRATUIT

J'ai à peine eu le temps de faire disparaître ce texte de mon écran. Il sait que sans moi il n'est rien - et c'est réciproque: moi, sans lui, adieu l'île déserte, la coke et les putes Véronika alanguie sur Fiona engodée, avec moi dans Véronika.

Il fait partie des gens que je regretterai quand je serai grillé avec l'ensemble de la publicité française dès la parution de cet opuscule.

MU TÉLÉCHARGER 99F

Il me paie cher pour me prouver son amour. Je le respecte parce qu'il a un plus grand appartement que moi.

MU TÉLÉCHARGER 99F

Là il me tape sur l'épaule bizarrement, et me souffle à l'oreille d'une voix tendue: - Dis-moi T'es fatigué en ce moment? Je hausse les épaules: - Depuis que je suis né. Mais fais un peu gaffe, il paraît que tu as pété un câble ce matin chez Madone. Peut-être que tu devrais prendre du repos Philippe rigole, me tape encore dans le dos. Il n'en est pas question, on apprécie trop ton talent.

Ça lui aurait coûté plus cher qu'un ravalement des chiottes. Philippe est sorti en gloussant très fort, signe chez lui qu'il n'a pas compris une vanne. Les gens se parlent de plus en plus rarement; en général, quand on se force à dire la vérité en face, c'est qu'il est PRESQUE trop tard. Les gens me demandent souvent pourquoi les créatifs sont surpayés. Un pigiste qui met une semaine à rédiger un article pour Le Figaro va être payé cinquante fois moins qu'un rédac qui prend dix minutes pour pondre une affiche en free-lance.

Tout simplement parce que le rédac fait un boulot qui rapporte plus de fric. L'annonceur dispose d'un budget annuel de plusieurs dizaines ou centaines de millions à dépenser en publicité. En réalité, les créatifs sont sous-payés par rapport à ce qu'ils rapportent. Quand on voit l'argent qui leur passe sous le nez, les sommes qu'ils permettent à leurs employeurs de brasser, en regard leur salaire paraît infime.

D'ailleurs si un concepteur demande une faible rémunération, il sera pris pour un rigolo. Un jour, en sortant d'une réunion avec Marc Marronnier, je lui ai posé la question: - Pourquoi tout le monde écoute Philippe et pas moi? Créatif n'est pas un métier où l'on doit justifier son salaire; c'est un job où ton salaire te justifie.

Comme chez les animateurs de télé, la carrière est très éphémère. C'est pourquoi un créatif touche en quelques années ce qu'un individu normal gagne en une vie entière. Il y a toutefois une différence de taille entre la pub et la télé: un créatif met un an à faire un film de trente secondes alors qu'un animateur télé met trente secondes à concevoir un programme d'un an.

Et puis, créatif n'est pas un boulot si facile. La réputation de ce métier souffre de son apparente simplicité. Tout le monde croit qu'il peut en faire autant. La réunion de ce matin vous donne pourtant une idée de la difficulté de ce job. Si nous poursuivons notre comparaison avec le pigiste du Figaro, le travail du créatif c'est un peu comme si son article était corrigé par le rédacteur en chef adjoint, puis le rédacteur en chef, puis le directeur de la rédaction, puis relu et modifié par tous les gens mentionnés dans son texte, puis lu en public devant un échantillon représentatif du lectorat du journal, avant d'être modifié à nouveau, le tout avec 90 chances sur de ne pas être publié au bout du compte.

Connaissez-vous beaucoup de journalistes qui accepteraient de subir pareil traitement? C'est aussi pour ça que nous sommes si bien payés. A un moment, il faut bien que quelqu'un fabrique les publicités que vous voyez partout: le Président de l'agence et ses directeurs commerciaux les vendent à leurs clients annonceurs, on en parle dans la presse, on les parodie à la téloche, on les dissèque dans les bureaux d'études, elles font grimper la notoriété du produit et ses chiffres de vente par la même occasion.

Mais à un moment, il y a un jeune con assis sur sa chaise qui les a imaginées dans sa petite tête et ce jeune con il vaut cher, très cher, parce qu'il est le Maître de l'Univers, comme je vous l'ai déjà expliqué.

MU TÉLÉCHARGER 99F

Ce jeune con se situe à la pointe extrême de la chaîne productiviste, là où toute l'industrie aboutit, là aussi où la bagarre économique est la plus âpre. Des marques imaginent des produits, des millions d'ouvriers les fabriquent dans des usines, on les distribue dans des magasins innombrables. Mais toute cette agitation ne servirait à rien si le jeune con sur sa chaise ne trouvait pas comment écraser la concurrence, gagner la compétition, convaincre les acheteurs de ne pas choisir une autre marque.

Cette guerre n'est pas une activité gratuite, ni un jeu de dilettante. On ne fait pas ces choses-là en l'air. Il se passe quelque chose d'assez mystérieux quand, avec Charlie, le directeur artistique assis en face de moi, nous sentons que nous avons trouvé une idée pour fourguer une fois de plus un produit inutile dans le panier de la ménagère pauvre. Tout d'un coup, on se regarde avec des yeux complices.

A chaque fois, c'est la première fois. L'idée vient toujours de nulle part. Ce miracle me bouleverse, j'en ai les larmes aux yeux. Il devient vraiment urgent que je me fasse lourder. Mon titre exact, c'est concepteur-rédacteur; ainsi appelle-t-on, de nos jours, les écrivains publics. Je conçois des scénarios de films de trente secondes et des slogans pour les affiches.

Je bosse sur huit budgets: un parfum français, une marque de fringues démodées, des pâtes italiennes, un édulcorant de synthèse, un téléphone portable, un fromage blanc sans matière grasse, un café soluble et un soda à l'orange. Mes journées s'écoulent comme une longue séance de zapping entre ces huit différents incendies à éteindre.

Je dois sans cesse m'adapter à des problèmes différents. Je suis un caméléon camé. Je sais que vous n'allez pas me croire mais je n'ai pas choisi ce métier seulement pour l'argent. J'aime imaginer des phrases. Aucun métier ne donne autatlt de pouvoir aux mots. Un rédacteur publicitaire, c'est un auteur d'aphorismes qui se vendent. J'ai beau haïr ce que je suis devenu, il faut admettre qu'il n'existe pas d'autre métier où l'on puisse s'engueuler pendant trois semaines à propos d'un adverbe.

Le concepteur-rédacteur travaille en équipe avec un directeur artistique.

Bon, je ne vais pas vous expliquer tous les tics de la pub, on n'est pas là pour ça, vous n'avez qu'à lire les vieilles bédés de Lauzier ou regarder à la télé souvent le dimanche soir les comédies des années 70, où le rôle du publicitaire est toujours interprété par Pierre Richard. A l'époque, la pub faisait rire. Aujourd'hui elle ne fait plus marrer personne. Ce n'est plus une joyeuse aventure mais une industrie invincible.

Travailler dans une agence est devenu à peu près aussi excitant qu'être expert-comptable. Bref, il est passé le temps où les pubeux étaient des saltimbanques bidon. Désormais ce sont des hommes d'affaires dangereux, calculateurs, implacables. Le public commence à s'en apercevoir: il évite nos écrans, déchire nos prospectus, fuit nos Abribus, tague nos 4 x 3. C'est qu'entre-temps, telle une pieuvre, la réclame s'est mise à tout régenter.

Cette activité qui avait démarré comme une blague domine désormais nos vies: elle finance la télévision, dicte la presse écrite, règne sur le sport ce n'est pas la France qui a battu le Brésil en finale de la Coupe du Monde, mais Adidas qui a battu Nike , modèle la société, influence la sexualité, soutient la croissance. Un petit chiffre? Les investissements publicitaires des annonceurs en dans le monde s'élèvent à milliards de francs même en euros, c'est une somme. Je peux vous certifier qu'à ce prix-là, tout est à vendre - surtout votre âme.

Je me frotte les gencives, elles me démangent sans cesse.

TÉLÉCHARGER 99F MU GRATUIT

En vieillissant, j'ai de moins en moins de lèvres. J'en suis à quatre grammes de cocaïne par jour. Je commence au réveil, la première ligne précède mon café matinal. Elle anesthésie les problèmes. Toute la journée, je mâche du chewing-gum sans chewing-gum.

MU TÉLÉCHARGER 99F

La nuit, je vais dans des soirées où personne ne me voit. Pourquoi les Américains contrôlent-ils le monde? Parce qu'ils contrôlent la communication. Je suis venu dans cette agence américaine parce que je savais que Marc Marronnier y bossait.

C'est la filiale française du premier groupe mondial de publicité, fondé à New York en par Ed Rosserys et John Witchcratt 5,4 milliards de dollars de marge brute cumulée en Il y a une grande cour intérieure et des tuyaux jaunes un peu partout, le style hésite entre Beaubourg et Alcatraz, mais se situe à BoulogneBillancourt, ce qui est moins classe que Madison Avenue.

Des mecs marchent vite avec des dossiers sous le bras. Des filles potables parlent dans des téléphones portables. Une fois, il m'est arrivéde surprendre une commerciale enceinte qui pleurait dans un couloir.

Les commerciales se cachent pour pleurer. J'ai joué le mec serviable, lui ai proposé un gobelet d'eau glacée, un Kleenex, une main au cul. Rien à faire: elle s'est forcée à sourire mais j'ai senti qu'elle avait honte de craquer devant quelqu'un. J'essayais de lutter mais ils étaient sur pilotage automatique Mais ça va, je t'assure, c'est rien, ça va passer.

Elle m'a demandé de ne pas le répéter à son chef, m'assura qu'elle pétait le feu, que ça n'avait rien à voir avec son job mais que sa grossesse la fatiguait, voilà tout. Elle s'est remaquillée, puis a déguerpi au pas de course. C'est ainsi que je me suis aperçu que j'émargeais dans une secte inhumaine qui transformait les femmes enceintes en robots rouillés.

Marc Marronnier me tape dans la main pour me saluer. Toujours en train d'écrire ton roman payé par l'agence pour détruire la pub?

C'est toi qui m'as tout appris! Le pire c'est que c'est vrai. Marronnier est directeur de création de la Rosse et pourtant il publie des bouquins, passe à la télé, divorce, écrit des critiques littéraires dans un hebdomadaire à scandale Marronnier est un peu fini dans la profession mais à une époque c'était un sacré winner: Lions à Cannes, couverture de Stratégies, 1er Prix au Club des A.

Putain, ça semble facile mais fallait le trouver, plus c'est simple plus c'est compliqué à débusquer. La douleur est supérieure car plus lancinante.

Marronnier connaît bien les coulisses du métier. C'est lui qui m'a appris les règles non écrites, celles qu'on ne vous enseignera jamais à Sup de Pub: je me suis amusé à les imprimer sur une feuille A4 que j'ai punaisée au-dessus de mon iMac.

Par conséquent, remporter un prix à Cannes ou au Club des AD est bien plus important que faire gagner des parts de marché à son client. Quand tu présentes une idée géniale et que l'annonceur veut l'abîmer, pense très fort à ton salaire, puis bâcle une bouse sous sa dictée en trente secondes chrono et rajoute des palmiers dans le storyboard pour partir tourner le film une semaine à Miami ou au Cap.

Un créatif à l'heure n'est pas crédible. Les clients se diront qu'ils en ont pour leur argent. Ne jamais oublier que les annonceurs vont dans les agences parce qu'ils sont incapables d'avoir des idées, qu'ils en souffrent et qu'ils nous en veulent.

C'est pourquoi les créatifs doivent les mépriser: les chefs de produit sont masochistes et jaloux. Ils nous paient pour les humilier. Dans toute réunion, c'est toujours le dernier qui a parlé qui a raison. Ne jamais perdre de vue que le but d'une réunion est de laisser les autres se planter. Plus t'es payé cher, plus on t'écoute, et moins tu parles. Dans ce métier, plus tu es important, plus il faut la fermer - car moins tu causes, plus on te croit génial.

Le stagiaire fait le travail du concepteur qui fait le travail du DC qui fait le travail du Président. Plus tu es important, moins tu bosses voir commandement 6. REFILE tout ton boulot à un stagiaire: si ça plaît, tu t'en attribueras le mérite; si ça se plante, c'est lui qui sera lourdé.

Les stagiaires sont les nouveaux esclaves: non rémunérés, taillables et corvéables à merci, licenciables du jour au lendemain, apporteur de cafés, photocopieurs à pattes aussi jetables qu'un rasoir Bic. Il faut lui dire qu'elle est nulle à chier, invendable, ou que c'est un vieux coup, déjà fait dix mille fois, ou pompé sur une vieille campagne anglaise.

Maintenant que Marronnier dirige la création de l'agence, il a oublié tous ses préceptes. Parfois, je me demande même si Marc ne prononce pas ses sentences au hasard, en tirant à pile ou face dans sa tête.

Il m'a contemplé avec un certain attendrissement avant d'interrompre ma rêverie: - Paraît que t'as déconné ce matin chez Madone? Alors je lui ai sorti cette tirade tout en la tapant sur mon clavier pour vous permettre de la lire: - Écoute, Marc, tu le sais, TOUS les créatifs deviennent cinglés: notre boulot est trop frustrant, on se fait tout jeter à la gueule, c'est de pire en pire.

Le plus gros client de l'agence, c'est la poubelle. Qu'est-ce qu'on trime pour elle! Regarde la tête résignée des vieux publicitaires, leurs yeux sans espoir. Au bout d'un certain nombre de créations refusées, on devient complètement désabusé, même si on fait semblant de s'en foutre, ça nous ronge. Déjà qu'on est tous des artistes ratés, en plus on nous force à ravaler notre amour-propre et remplir nos tiroirs avec des maquettes jetées. Tu me diras: c'est mieux que bosser à l'usine.

D'ailleurs tous ceux qui bossent ici sont alcooliques, dépressifs ou drogués. L'après-midi ils titubent, vocifèrent, jouent au jeu vidéo pendant des heures, fument des pétards, chacun a sa méthode pour s'en tirer. J'en ai même vu un tout à l'heure qui jouait à faire le funambule sur une poutre à quinze mètres au-dessus du vide.

Quant à moi, j'en ai plein le pif, mes dents grincent, mon visage est parcouru de tics et je sue des joues. Mais je proclame ceci au nom de cette cohorte souffreteuse: mon livre vengera toutes les idées assassinées. Marronnier m'écoute avec compassion, tel le médecin qui s'apprête à annoncer à son patient que le résultat du test HIV est positif. A la fin de mon envoi, il touche. M'en fous, je persévérerai et ne démissionnerai pas. La démission, ce serait comme de déclarer forfait avant la fin d'un match de boxe.

Je préfère finir K. Aujourd'hui je sais. En ce temps-là, on mettait des photographies géantes de produits sur les murs, les arrêts d'autobus, les maisons, le sol, les taxis, les camions, la façade des immeubles en cours de ravalement, les meubles, les ascenseurs, les distributeurs de billets, dans toutes les rues et même à la campagne. La vie était envahie par des soutiens-gorge, des surgelés, des shampooings antipelliculaires et des rasoirs triple lame. Jamais de repos pour le regard de l'homo consommatus.

Le silence aussi était en voie de disparition. On ne pouvait pas fuir les radios, les télés allumées, les spots criards qui bientôt s'infiltreraient jusque dans vos conversations téléphoniques privées. C'était un nouveau forfait proposé par Bouygues Telecom: le téléphone gratuit en échange de coupures publicitaires toutes les secondes. La musique d'ascenseur était partout, pas seulement dans les ascenseurs.

La sonnerie des portables stridulait dans le TGV, dans les restaurants, dans les églises et même les monastères bénédictins résistaient mal à la cacophonie ambiante. Je le sais: j'ai vérifié. Selon l'étude mentionnée plus haut, l'Occidental moyen était soumis à 4 messages commerciaux par jour. L'homme était entré dans la caverne de Platon. Le philosophe grec avait imaginé les hommes enchaînés dans une caverne, contemplant les ombres de la réalité sur les murs de leur cachot.

La caverne de Platon existait désormais: simplement elle se nommait télévision. On avait remplacé le Logos par des logos projetés sur les parois humides de notre grotte. Il avait fallu deux mille ans pour en arriver là. Ce soir, il fait nuit blanche. Depuis que Sophie est partie, tu t'ennuies toujours le week-end. Tu souffres d'un manque de soufre. Mille filles en bikini et tee-shirt trop court gigotent sur une piste de danse géante à ciel ouvert, sans doute sur South Beach à Miami.

Des blacks baraqués les entourent de leurs abdomens aux carrés de chocolat luisants. L'émission n'a pas d'autre concept que la beauté plastique et la transpiration techno. Tout le monde doit avoir 16 ans pour toujours. Il faut être beau, jeune, sportif, bronzé, souriant et en rythme. S'éclater, d'accord, mais obéissant et discipliné sous le soleil. Tenue moulante exigée. The Grind, c'est un autre monde, la plage de la perfection, la danse de la pureté.

De temps en temps, à l'arrière-plan, une fille qui ne sait pas qu'elle est filmée se met à bâiller, essoufflée. Puis la caméra s'approche et dès qu'elle aperçoit l'objectif, elle refait l'allumeuse, prend des poses d'actrice porno, suce ses doigts d'un air faussement innocent. Pendant une heure interminable, tu contemples ce fascisme balnéaire en sniffant ta coke. Tu transformes les cristaux en sucre glace. Plus la poudre est fine, moins elle irrite les vaisseaux sanguins.

Ta vie est sur des rails. Quand tu les aspires avec ta paille en or massif, tu renverses la tête en arrière pour solliciter le moins possible tes sinus. Dès que tu sens le goût dans ta gorge, tu bois un grand verre de vodka-tonic pour cesser d'éternuer sans arrêt. Après le rhume des foins, tu inaugures une nouvelle maladie: le rhume de coke narines nécrosées, nez qui coule, tics de la mâchoire, Carte bleue corrodée à la tranche blanchie.

Ainsi passes-tu le week-end au-dessus de toi-même. Les drogues, tu les as vues se rapprocher de toi.